Créer un nouveau blog :

A propos de ce blog


Nom du blog :
parolesducaillou
Description du blog :
Paroles inspirées du passé, du présent et qui sait... de l'avenir ?
Catégorie :
Blog Littérature
Date de création :
15.01.2008
Dernière mise à jour :
05.04.2012

RSS

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· AUTEURS CALEDONIENS (7)
· AUTRES TEXTES (4)
· CITATIONS (6)
· COUPS DE COEUR (6)
· MES TEXTES (23)

Navigation

Accueil
Gérer mon blog
Créer un blog
Livre d'or parolesducaillou
Contactez-moi !
Faites passer mon Blog !

Articles les plus lus

· Leopold Sedar Senghor - Cher Frère Blanc
· Extrait de Albert Cohen, Le livre de ma mère
· Aimé Césaire - Prophétie
· Khalil Gibran - Un des plus grands poètes arabes
· Le sentier (en cours)

· Proverbe du Jour
· Réséda Ponga - Présentation Mèyènô
· paul wamo
· proverbe calédonien
· Nicolas Kurtovitch - Poème pour l’ouverture du Centre culturel Tjibaou
· Dewe Gorodey - Utê Mûrûnû, petite fleur de cocotier
· Proverbe du Jour
· Grand Père
· Raphaël & Toots - L'appel de la Terre
· Pierre Gope et Nicolas Kurtovitch - Les Dieux sont borgnes

Voir plus 

Blogs et sites préférés

· Décor'int
· La plus belle histoire


Statistiques 47 articles


Thèmes

amis bonne fleur homme image moi monde soi travail vie

Derniers commentaires Recherche
Recherche personnalisée

Aimé Césaire - Prophétie

Aimé Césaire - Prophétie

Publié le 15/01/2008 à 12:00 par parolesducaillou
Aimé Césaire - Prophétie
là où l'aventure garde les yeux clairs
là où les femmes rayonnent de langage
là où la mort est belle dans la main comme un oiseau
saison de lait
là où le souterrain cueille de sa propre génuflexion un luxe
de prunelles plus violent que des chenilles
là où la merveille agile fait flèche et feu de tout bois

là où la nuit vigoureuse saigne une vitesse de purs végétaux

là où les abeilles des étoiles piquent le ciel d'une ruche
plus ardente que la nuit
là où le bruit de mes talons remplit l'espace et lève
à rebours la face du temps
là où l'arc-en-ciel de ma parole est chargé d'unir demain
à l'espoir et l'infant à la reine,

d'avoir injurié mes maîtres mordu les soldats du sultan
d'avoir gémi dans le désert
d'avoir crié vers mes gardiens
d'avoir supplié les chacals et les hyènes pasteurs de caravanes

je regarde
la fumée se précipite en cheval sauvage sur le devant
de la scène ourle un instant la lave de sa fragile queue
de paon puis se déchirant la chemise s'ouvre d'un coup
la poitrine et je la regarde en îles britanniques en îlots
en rochers déchiquetés se fondre peu à peu dans la mer
lucide de l'air
où baignent prophétiques
ma gueule
ma révolte
mon nom.


:: Les commentaires des internautes ::

Anonyme le 14/01/2013
C'est de la merde ! Sérieux faire sa en exposé autant allé se suicidé ! --" !


Anonyme le 08/05/2013
C nulle on dirai que c mon cousin qui l à écrire ste poème